Skip to main content

Brainloop logo

Brainloop
Stay productive, stay secure

Skip navigation


Partage de données: les données du monde juridique face au risque

Les professionnels juridiques ignorent les bonnes pratiques en envoyant et partageant des informations sensibles de manière non sécurisée 

Une étude récente menée par Brainloop révèle que les données les plus confidentielles et sensibles du secteur juridique sont régulièrement distribuées de manière non sécurisée, avec moins d’un professionnel sur dix utilisant un outil de partage de données professionnel pour envoyer des documents classifiés à leurs collègues. Par ailleurs, bien que les informations partagées soient souvent hautement sensibles, la majorité des personnes interrogées ont admis avoir envoyé des documents ou informations au mauvais destinataire.

L’email est la méthode de distribution privilégiée des données et documents juridiques

L’étude Brainloop révèle que presque la moitié des professionnels envoient et partagent des données et informations par email. 46% des personnes interrogées confirmaient l’email comme leur premier choix pour les communications internes sensibles, alors que 42% assuraient utiliser l’email pour envoyer des informations sensibles à des clients ou partenaires.

Les autres méthodes de distribution utilisées incluent les clefs USB (8%), les outils de partage de fichiers grand public (5%) et les applications de messagerie instantanée (3%). Moins d’un quart des personnes interrogées ont reconnu utiliser des solutions de partage de fichiers professionnelles pour envoyer des informations sensibles hors de l’entreprise et une personne sur 10 pour des communications internes confidentielles.

Les professionnels qui partagent des documents sensibles admettent des erreurs

L’étude Brainloop a confirmé que les informations partagées par les professionnels juridiques avec des collègues et des personnes externes sont hautement sensibles. Contrats (30%), informations personnelles (13%), données de clients ou de partenaires (12%), documentation destinée aux conseils d’administration (12%) sont les documents les plus souvent partagés, tandis que le reste des documents partagés (10%)  inclut des factures et d’autres informations à caractère moins sensible.

L’étude révèle, par ailleurs, que ¾ des personnes interrogées ont reconnu qu’eux même, ou un de leurs collègues, avait déjà envoyé des documents ou des informations au mauvais destinataire. 5% ne savait pas si cela avait été le cas et 3% n’ont pas souhaité répondre sur ce sujet.

Une compréhension disparate des régulations de protection de données

Près de 90% des personnes interrogées ont confirmé avoir connaissance des régulations autour de la protection des données, du partage des fichiers et de l’échange d’informations, dont le Règlement Général sur la Protection des Données. Par ailleurs, 84% ont confirmé que la perte de données confidentielles fait partie du système de gestion des risques de leur cabinet. En revanche, lorsqu’il s’agit d’avoir une vision globale dans le secteur, près d’un quart ont attribué une note de confiance en la  compréhension par leur entreprise des régulations de protection des données allant de ‘neutre’ à ‘pas du tout’.

Sofia Rufin, vice présidente régionale chez Brainloop, commente: « Que ce soit au Royaume-Uni ou en France, la majorité des documents sur lesquels les professionnels juridiques travaillent sont quotidiennement partagés avec clients et partenaires. Ces documents contiennent des informations hautement sensibles qui doivent être sécurisées contre les menaces de piratages, d’accès non autorisé et de fuites potentielles, au sein des entreprises et hors de leurs murs. Les cabinets juridiques doivent s’assurer des bonnes pratiques de leurs professionnels pour la plus haute sécurisation des données et documents. »

Brainloop offre aux cabinets juridiques un environnement hautement sécurisé pour le partage et la collaboration autour des fichiers. Les solutions Brainloop fournissent une sécurisation maximale avec:

  • Des technologies de gestion des droits assurant la sécurité des documents
  • Des données sensibles non accessibles par les fournisseurs, opérateurs et administrateurs
  • Une visibilité totale sur l’information et son traçage : qui y a accès, où et depuis quel équipement
  • Des datacenters basés en France pour que les données ne quittent pas le territoire
  • Des outils de sécurisation du corps de l’email et des pièces jointes
  • Des contrôles d’accès stricts pour assurer la protection et la confidentialité des documents
  • Une authentification forte et un chiffrement de toutes les données, pendant le transfert et lors de la mise en veille.

* L’étude de Brainloop a été menée auprès de plus de 100 professionnels juridiques lors de la conférence London Law Expo en octobre 2015.

Downloads

Partage de données: les données du monde juridique face au risque
Download (319 KB)

Back


+44 207 183 8285   |   Contact